Cine-Region.fr
affiche Mia et le Lion blanc

Mia et le Lion blanc

___

Un film de Gilles de Maistre ,
Avec Daniah De Villiers, Mélanie Laurent, Langley Kirkwood,

Genre : Film d'aventure
Durée : 1h37
France

En Bref

Dans la jungle, la terrible jungle, le lion n’est pas mort ce soir. Mis en cage, il continue de rugir dans des fermes destinées à repeupler un monde qui s’efface. Mia vient d’avoir onze ans et se retrouve coupée de ses amis anglais pour le fin fond de la brousse. Son père est revenu sur les terres de son enfance pour reprendre en main la ferme de son père, même si Alice, sa mère, surveille cette nouvelle vie d’un œil attentif, marquée par une première expérience qui cache un secret. L’arrivée d’une petite boule blanche, Charlie, un jeune lionceau, n’arrive pas à changer l’humeur de Mia. Peu à peu cependant, la bête charme la belle. Elle oublie son exil pour voir la savane d’un autre regard.

Charlie et Mia deviennent l’attraction principale de la ferme par leur relation particulière. Ils grandissent, se liant l’un à l’autre dans une relation fusionnelle malgré les avertissements de son père, la crainte de sa mère, car dans le cœur de Charlie sommeille toujours la terre sauvage. Mia n’en fait qu’à sa tête jusqu’au jour où un accident collatéral provoque la colère des parents. Ils décident de vendre Charlie. La jeune fille est bercée par la légende du Lion blanc ramenant l’harmonie dans le monde quand la terre crie sous le poids de la folie humaine. Apprenant le sort réservé à son ami, elle décide de le conduire à la réserve sacrée pour que la parabole s’accomplisse. Ce n’est pas si simple à mettre en œuvre. Il lui faudra la complicité de son frère et beaucoup de chance.


Gilles de Maistre réalisateur de documentaires nous livre une première fiction sous forme de conte, de parabole sur la place de l’homme et de la bête au sein de la nature. Trois ans de tournage pour une jeune actrice et un lionceau blanc donnent un film réaliste sous l’œil bienveillant du spécialiste Kevin Richardson. L’homme connaît bien son sujet, il est au lion ce que Jane Goodall est au gorille. Il possède une connaissance approfondie de ceux-ci, ce qui lui permet une relation et des séquences extraordinaires. Ce travail de toute une vie, il le met au service de Mia et le Lion blanc. Ça a pris trois ans pour accompagner l’histoire et créer des liens de complicité entre l’actrice et le lionceau devenu adulte. Pour cela, on attendait que Monsieur Charlie se décide à jouer sa scène. Certains jours, Kevin Richardson sentait bien que la bête n’était pas d’humeur. Il ne fallait pas la contrarier et tourner dans ces conditions nous dit-il aurait été très risqué.

Au-delà de l’exploit et des images sensationnelles, c’est un beau conte pour cette fin d’année qui nous interroge sur notre relation actuelle à la nature. Elle nous rappelle que nous lui sommes redevables et que notre rôle est de protéger ce trésor qui nous permet de vivre. Plus de la moitié des espèces animales disparaissent à grande vitesse, l’impact de l’humain sur la terre a des effets dévastateurs qu’il lui faudra bien payer un jour. La note risque d’être salée. Il est important de sauver le biotope et l’équilibre naturel en bonne harmonie. Mia, dans un premier temps jeune fille de la ville, boostée aux technologies modernes, réseaux sociaux et autres oublie ses racines profondes. Elle rejette dans un premier temps cette nature qui l’isole du monde et de ce qu’elle pense essentiel.

Peu à peu, elle prend conscience de sa place au sein du monde et des liens qui l’unissent à son chant originel. Elle comprend qu’elle occulte une part importante de son identité alors que celle-ci n’est pas incompatible avec le monde moderne. Le film nous dit « N’oublions pas de là où nous venons et ce que nous sommes ». « À grands pouvoirs, grandes responsabilités » comme le disent les films de super héros nous conduisant au cœur des étoiles. C’est aussi l’histoire d’une famille en pleine reconstruction. Elle trouve au cœur du bush la source pour bâtir son avenir. C’est le parcours initiatique de la Belle et la Bête qui finiront par retrouver leur place au cœur du monde. Il nous dévoile une réalité sur les fermes censées participer à la reproduction et repopulation des lions qui disparaissent de plus en plus. Derrière, se cache tout un trafic peu brillant qu’il faut combattre. C’est une belle leçon de vie à découvrir en famille dans un monde bouleversé par une nature bousculée, perturbée par les humains.

Patrick Van Langhenhoven.

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre : Mia et le Lion blanc

    Réalisation : Gilles de Maistre

    Scénario : Prune de Maistre, William Davies et Jean-Paul Husson

    Photographie : Brendan Barnes

    Montage : Julien Rey

    Musique : Armand Amar

    Décors : Ruth Greaves

    Costumes : Fianca Barnard

    Producteur : Jacques Perrin, Valentine Perrin, Nicolas Elghozi, Catherine Camborde,                   Gilles de Maistre et Stéphane Simon 

   Coproducteur : Meryl Schutte, Reinhard Brundig, Valérie Legrain-Dousseau et Rudi van As

    Consultant et Dresseur : Kevin Richardson

    Production : M6 Films, Film Afrika, Pandora Film, Galatée Films et Outside Films

    Distribution : Studio Canal

    Pays d'origine : France, Allemagne et Afrique du Sud

    Genre : Film d'aventure

    Durée : 97 minutes

    Dates de sortie : 26 décembre 2018

Distribution

    Daniah de Villiers : Mia Owen

    Mélanie Laurent : Alice Owen

    Langley Kirkwood : John Owen

    Ryan McLennan : Mick Owen

    Lionel Newton : Kevin

    Lillian Dube : Jodie

    Brandon Auret : Dirk