Cine-Region.fr
affiche La prière

La prière

___

Un film de Cédric Kahn ,
Avec Anthony Bajon, Damien Chapelle, Alex Brendemühl,

Genre : Drame psychologique
Durée : 1h47
France

En Bref

Un petit chemin de terre perdu conduit à la communauté où l’espérance aide à sortir du désespoir. Thomas, 22 ans, décide de prendre sa vie en main. Finie la dépendance, la galère des jours sombres, une autre vie l’attend. Les premiers pas s’avèrent difficiles, entre la rigueur de la vie en communauté et son austérité. La prière rythme chaque instant du jour, point d’accroche pour tenir dans la tempête qui s’annonce. La solidarité et le vécu de chacun accompagnent le nouvel arrivant. Peu à peu il trouve sa place, abandonne le chaos des premiers jours pour le silence de la prière et le chemin de la rédemption. Les jours passent, parfois difficiles. Il serait facile de tout abandonner mais peu à peu la solidarité du groupe porte le voyageur vers la lumière. Il trouve l’amour avec Sybille, la fille d’un couple lié au centre. Il lui reste maintenant à trouver sa voie entre la prière et le chemin du Seigneur ou celui du cœur d’une jeune fille qui n’attend que cela.


« Ne t’inquiète pas, personne ne te juge ici. Nous avons tous connu les mêmes choses »

Le film s’ouvre sur un chemin sauvage au cœur de la montagne comme une métaphore de ce qui attend Thomas. Le cinéma de Cédric Kahn est souvent celui d’une quête existentielle et sociale avec la nature comme décor, La vie sauvage par exemple. Alors que L’Apparition traitait de la foi, La prière s’attache plutôt à la quête de soi. Comment dans un chemin perdu, égaré, retrouver et redonner un sens à la vie. C’est toute la route que parcourt Thomas au sein de cette communauté. La prière devient la voie, le véhicule de sa rédemption et de sa quête. Au sein de cette communauté, il trouve d’autres âmes abandonnées, blessées se rejoignant dans une douleur commune. Ensemble ils cherchent à quitter le chemin de la souffrance pour celui de la délivrance. Le film raconte chaque moment dans le cœur du silence pour retrouver le son de la vie. Les épreuves sont celles du pénitent, du quêteur en recherche d’absolu. Peu à peu, le héros sort de la nuit qu’il portait comme un fardeau pour voir la lumière.

Il se confronte de nouveau au monde, avec pour choix la prière et le silence des monastères ou l’amour et le fracas du cœur qui aime. Personne n’impose quoi que ce soit, chacun, comme le disciple du maitre zen, arpente sa voie à sa façon, sans obligation. À la fin, c’est bien Thomas qui s’éveille et trouve l’éveil. C’est la lutte de notre ego centré sur son petit monde pour l’ouverture à cet espace naturel qui entoure le centre. Comme toujours chez le réalisateur, la nature joue un rôle important, c’est elle qui est la clef. La mise en scène joue de la lumière intérieure des habitats où la prière nait pour s’émanciper dans l’espace naturel. Elle en épouse les couleurs et la lumière, en imprègne la quête. Au début, la ligne des ascètes ressemble à celle des pénitents d’une parabole biblique. Le film est parsemé de symboles et de références nous renvoyant à la rédemption, comme cette pièce reprenant l’histoire de Lazare. Sybille, la jeune amoureuse, est archéologue.

Elle fouille le passé pour comprendre le présent. C’est un cinéma touchant à l’essentiel, sans fioriture, juste. Même la musique suit le même cheminement, avec un premier aria revenant à plusieurs moments clés. « Si tu es avec moi j’irai joyeux vers ma mort ». Pour l’accident, il choisit un morceau de Stolzel repris par Bach et du disco pour finir, marquant l’éveil. Le jeune Anthony Bajon mérite amplement son prix d’interprétation à Berlin et son humilité annonce déjà la naissance d’un acteur aux prises de risque qui le grandiront sans aucun doute. La fin s’ouvre sur un choix : entre la prière ou l’amour, quel chemin empruntera Thomas ? La prière est loin d’être un film austère, c’est une symphonie du cœur et de l’éveil.

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre original : La Prière

    Titre international : The Prayer

    Réalisation : Cédric Kahn

    Scénario : Fanny Burdino, Samuel Doux et Cédric Kahn, d’après une idée originale d’Aude Walker

    Décors : Guillaume Deviercy

    Costumes : Alice Cambournac

    Photographie : Yves Cape

    Son : Nicolas Cantin, Olivier Goinard et Sylvain Malbrant

    Montage : Laure Gardette

    Production : Sylvie Pialat et Benoît Quainon

    Sociétés de production : Les Films du Worso ; Versus Production (production étrangère) ; Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma et Arte France Cinéma (coproductions)

    Sociétés de distribution : Le Pacte ; Athena Films (Belgique)

    Pays d'origine : France

    Langue originale : français

    Format : couleur

    Genre : drame

    Durée : 107 minutes

    Dates de sortie : 21 mars 2018

Distribution

    Anthony Bajon : Thomas

    Damien Chapelle : Pierre

    Àlex Brendemühl : Marco

    Louise Grinberg : Sybille

    Hanna Schygulla : Sœur Myriam

Prix :

Anthony Bajon reçoit l’Ours d'argent du meilleur acteur.