Cine-Region.fr
affiche Jusqu'à la garde

Jusqu'à la garde

___

Un film de Xavier Legrand ,
Avec Denis Ménochet, Léa Drucker, Mathilde Auneveux,

Genre : Drame psychologique
Durée : 1h33
France

En Bref

Le bureau d’un avocat, un couple ordinaire se dispute pour la garde des enfants. La femme affiche un visage hermétique et froid dissimulant autre chose. L’homme retient sa colère, habité par le désarroi d’un père. La juge tente de saisir la part des choses, de trouver la voie juste. La femme a quitté le foyer tentant d’effacer sa trace, de limiter le contact avec son mari. Ce sont les blessures d’un divorce, l’histoire d’un couple heureux finissant par ne plus l’être quand le bonheur se fracasse sur les désirs. Ces derniers vous emportent dans des territoires obscurs, et révèlent votre vraie nature. Le père réclame son droit de visite, ces quelques minutes, heures, ses deux jours avec son fils. Dans ce tsunami qui emporte tout, il devient de plus en difficile de trouver la vérité. Qui est le mauvais perdant ? Est-ce la femme montant son fils contre le père ? Le père cachant sous un masque un autre visage où la folie l’emporte sur la raison ?


C’est en jouant avec nos nerfs et les apparences que Xavier Legrand entraine le spectateur dans un récit qui nous prend au cœur. Il nous égare, joue de la trame de la vie pour nous faire croire que… C’est d’abord la difficulté d’aimer quand le chemin devient celui de la haine. Les coups remplacent les fleurs quand tout joue contre l’autre. C’est d’abord une simple histoire de garde, un peu plus tendue que d’autres. Elle révèle les tourments de tous ceux qui sont passés par cette étape de la vie. Chacun reconnaitra son voyage au cœur de l’impossible réconciliation. C’est quand l’autre cherche à vous nuire, à vous déstabiliser pour faire de vous le monstre.

Dès la première scène, les griefs semblent partagés dans ce jeu de mutisme où les avocats portent la parole des plaidants. Rien n’est joué, nul ne peut dire qui a tort ou raison. Il faudra attendre les dernières minutes pour comprendre l’effroi. Le spectateur est jeté dans les cordes, balancé entre une femme en détresse qui tente tout pour sauver ses enfants et un père à bout, en colère certes, mais peut-être victime de son bon droit. Peu à peu le jeu se dévoile, sournois, malsain, sans jamais désigner le ou la coupable, l’innocent(e). Xavier Legrand propose une mise en scène juste, naturaliste, sans jamais chercher le sensationnel. Il emmène le spectateur, plongeant de plus en plus dans une trame maitrisée. C’est une vague qui enfle et grossit, qui emporte tout sans nous laisser le temps de respirer.

Jusqu’à la garde est la suite de son court métrage nommé en 2014 aux Oscars et Césarisé avec les mêmes acteurs Avant que de tout perdre. Je vous conseille de le voir après. Jusqu’à la garde, aborde sans fioriture la difficulté du couple qui, de plus en plus hélas, fait la une de l’actualité. Nous assistons à une maitrise parfaite de la bande-son, du jeu des comédiens en passant par la maitrise d’un éclairage aux couleurs de la vie. Léa Drucker en femme fragile, sans arme face à la violence est bouleversante. Denis Ménochet plonge dans notre noirceur la plus malsaine pour instiller un climat de tension progressif et explosif. Il nous prend au cœur pour finir par nous le soulever en utilisant uniquement la réalité de notre quotidien pour faire monter la vague de la peur et de l’horreur. Jusqu’à la garde est un voyage qui ne vous laissera pas indemne dans un monde où, en 2016, 123 femmes, 34 hommes et 25 enfants ont perdu la vie dans un contexte de violence au sein du couple. Tout à coup, cette belle rencontre faite pour porter l’amour devient un cauchemar conduisant en enfer, au-delà du Styx.

 Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    •       Titre français : Jusqu'à la garde

    •       Réalisation et scénario : Xavier Legrand

    •       Montage : Yorgos Lamprinos

    •       Pays d'origine : France

    •       Genre : drame

    •       Durée : 93 minutes

    •       Dates de sortie1 : 7 février 2018

Distribution

    •       Léa Drucker : Miriam Besson

    •       Denis Ménochet : Antoine Besson

    •       Thomas Gioria : Julien Besson

    •       Mathilde Auneveux : Joséphine Besson

    •       Mathieu Saikaly : Samuel

    •       Florence Janas : Sylvia

    •       Martine Vandeville : Madeleine, la mère d'Antoine

    •       Jean-Marie Winling : Joël, le père d'Antoine

    •       Martine Schambacher : Nanny, la mère de Miriam

    •       Jean-Claude Leguay : André, le père de Miriam

    •       Julien Lucas : Cyril

    •       Jérôme Care-Aulanier : Agent opérateur Police-Secours

    •       Alain Alivon : policier de la Bac