Cine-Region.fr
affiche Kaamelott premier volet

Kaamelott premier volet

___

Un film de : Alexandre Astier ,
Avec Alexandre Astier, Anne Girouard, Franck Pitiot,

Genre : Historique
Durée : 2h
France

En Bref

Arthur disparait et nul ne sait ce qu’il devient. Est-il mort, vivant, prisonnier, esclave, parti à l’aventure, en quête d’on ne sait quoi ? Pendant ce temps, Lancelot devenu usurpateur autoritaire, pactise avec les Saxons pour retrouver les chevaliers de la Table ronde. Il souhaite faire table rase du passé et instaurer un nouvel ordre. Il n’hésite pas pour cela à brader le pays, offrant des terres à ses chasseurs saxons. Ailleurs, un chasseur de primes tombe par hasard sur une info qui vaut de l’or. Il remonte la piste d’Arthur jusqu’à Quarto, un marchand d’esclaves feignant l’ignorance pour mieux le doubler. Le roi Arthur, débusqué, n’a plus qu’une solution, revenir en son royaume malgré lui pour y mettre bon ordre. C’est ainsi qu’en Aquitaine, le Duc reçoit son illustre hôte qui ne souhaite pas reprendre sa place mais s’enfuir vers l’est, pays des Francs. Lorsqu’Arthur s’aperçoit de la supercherie, il est trop tard pour rebrousser chemin. Il finit par retrouver ses vieux compagnons, Perceval, Kadoc, Merlin et de nouveaux compagnons prêts à l’aventure. Il faut d’abord délivrer la reine Guenièvre et virer l’usurpateur du trône, ce qui n’est pas une mince affaire !  


Il aura fallu douze ans à Alexandre Astier pour monter son projet de version longue sur grand écran. Ce premier volet ressemble plus à un prologue revisitant la saga du roi Arthur, d’Excalibur au Saint Graal. Nous découvrons un roi déchu refusant de reprendre son rôle. Une fois de plus, Alexandre Astier se joue avec ironie de l’histoire. Il reprend le mythe du retour du roi pour relancer la quête d’un trône, et sans doute du Graal dans les prochains volets. Dans la vraie histoire du Graal, à la fin de la quête, les temps anciens, les dieux anciens disparaissent au profit d’un monde nouveau, christianisé. Arthur est emmené sur l’île d’Avalon et les bardes prédisent son retour quand viendra la tourmente. Dans l’histoire, on compte de nombreux mythes liés à l’idée du retour du roi, ce qui permit à de nombreux faux prétendants de briguer le trône. Pour le reste, nous retrouvons le même cycle narratif que celui de la saga, avec des modifications d’importance. Cette fois-ci, Arthur connaît une partie de l’histoire. En retirant l’épée, il pourra proposer une autre voie.

Plus de moyens ne changent pas forcément le fond mais permettent des décors et des costumes plus délirants. Les Burgondes et leurs drôles de machines s’allient au Roi Arthur et à la résistance. Une façon de mêler la passion de la musique dans un final remarquable. La saga d’Alexandre Astier s’appuie sur le langage et la vision ironique qu’il possède de l’histoire. Dans ce décalage analysé par les historiens lors de colloques savants (lire Kaamelott un livre d’histoire chez Vendémiaire) la vérité n’est jamais loin. Elle se glisse dans le texte, en apparences ironique, souvent à contresens pour masquer la réalité. C’est avec plaisir que nous retrouvons cette partition à la virgule près, petite musique donnant des paroles savoureuses. Ce premier volet prend le temps d’installer l’ambiance, frôlant parfois la tendresse, la mélancolie d’une époque révolue. Il introduit de la même manière de nouvelles figures, comme celle de Sting, chef des Saxons.

C’est une histoire patriarcale. Les femmes restent dans l’ombre à l’exception de Guenièvre. Nous retrouvons la galerie des habitués, du roi Loth (François Rollin) à Dame Mevanwi (Caroline Ferrus) au Duc d’Aquitaine (Alain Chabat) et sa femme (Géraldine Nakache) jusqu’au roi burgonde (Guillaume Briat). Dommage, Lancelot reste un personnage peu exploité, tout comme Merlin. Certains reprocheront un manque de souffle épique au récit. Nous avancerons que ce n’est pas le propos de l’auteur, même si le dernier livre de la saga télé s’achevait de façon plus dramatique. La version d’Alexandre Astier se place avant tout à hauteur d’homme, elle n’a pas prétention à l’épique d’Excalibur de John Boorman. Il y aurait encore beaucoup à dire mais place au spectacle. C’est avec plaisir que nous chaussons une fois de plus nos solerets de chevalier pour pénétrer dans l’aventure, en espérant qu’il ne faudra pas attendre douze ans pour le prochain volet. Rassurez-vous, il paraît qu’Alexandre Astier, maitre d’orchestre, s’est remis à sa table d’écriture pour peaufiner la suite.

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre original : Kaamelott : Premier Volet

    Réalisation et scénario : Alexandre Astier

    Musique : Alexandre Astier

    Décors : Denis Seiglan

    Costumes : Marylin Fitoussi

    Photographie : Jean-Marie Dreujou

    Montage : Alexandre Astier

    Production : Alexandre Astier, Agathe Sofer, Henri Deneubourg (producteur exécutif)

    Société de production : Regular Production

    Société de distribution : Société nouvelle de distribution (France), Belga Films (Belgique), MK2 Mile End2 (Canada), Ascot Elite Entertainment (Suisse)

    Budget : 15 millions d'euros

    Pays d'origine : Drapeau de la France France

    Langue originale : français

    Format : couleur

    Genre : comédie, aventure, historique

    Durée : 120 minutes

    Dates de sortie : 21 juillet 2021

Distribution

    Alexandre Astier : Arthur Pendragon, Roi de Bretagne

    Thomas Cousseau : Lancelot du Lac

    Anne Girouard : Guenièvre, Reine de Bretagne

    Lionnel Astier : Léodagan de Carmélide, Roi de Carmélide

    Joëlle Sevilla : Dame Séli

    Jean-Christophe Hembert : Karadoc de Vannes

    Franck Pitiot : Perceval de Galles

    Caroline Ferrus : Dame Mevanwi

    Jacques Chambon : Merlin

    Sting : Horsa

    Christian Clavier : le Jurisconsulte

    Antoine de Caunes : Dagonet

    François Rollin : Loth d’Orcanie, Roi d'Orcanie

    Clovis Cornillac : Quarto

    Guillaume Gallienne : Alzagar

    Alain Chabat : Le Duc d'Aquitaine

    Géraldine Nakache : La Duchesse d'Aquitaine

    Nicolas Gabion : Bohort de Gaunes

    Salwa Al Hajri : Furadja8

    Guillaume Briat : Le Roi Burgonde

    Jean-Robert Lombard : Père Blaise

    Audrey Fleurot : La Dame du Lac

    Brice Fournier : Kadoc de Vannes

    Alain Chapuis : Le Tavernier

    Serge Papagalli : Guethenoc

    Gilles Graveleau : Roparzh

    François Morel : Belt

    Loïc Varraut : Venec

    Stéphane Margot : Calogrenant, Roi de Calédonie

    Tony Saba : Hervé de Rinel

    Aurélien Portehaut : Gauvain

    Étienne Fague : Lionel de Gaunes

    Bruno Fontaine : Elias de Kelliwic'h

    Alexis Hénon : Galessin, Duc d'Orcanie

    Alban Lenoir : Ferghus

    Carlo Brandt : Méléagant

    Pascal Vincent : Urgan

    Valérie Kéruzoré : Nessa

    Ariane Astier : Mehben, fille de Karadoc et Mevanwi

    Jeanne Astier : Mehgan, fille de Karadoc et Mevanwi

    Ethan Astier : Lucan, Chevalier-Seiche

    Hugo Halet : Girflet

    Stephan Lhuillier : Bedever

    Paul Valy : Rostan de Provence

    James Astier : Trévor

    Luna Karys : Ffraid

    Lucas Garcia : Petrok

    Hugo Leman : Iagu

    Thomas Neyret : Gareth d'Orcanie, fils de Loth d’Orcanie

    Sylvain Quimène : Kolaig

    Sakir Uyar : Dikhil

    Tigran Mekhitarian : le second

    Dimitrios Lagopoulos : le pirate grec

    Reggie Vermeulen : le capitaine

    Antoine Bordes : Recaredo

    Alain Le Bars : Agila

    Jehnny Beth : Wulfstan

    David Ayala : Maclou

    Marie-Christine Orry : Fraganan

    Mark Eacersall : le péager

    François Raison : Lamorak de Galles

    Patricia Darré : la pythie excalibur

    Antony Martin : le vendeur de tisanes

    Chloé Guillot : la vendeuse de tisanes

    Jérome Palmer : le vendeur de figurines

    Sandra Cheyssial : la vendeuse de miniatures

    Enzo Pirat : un touriste

    Christophe Mazière : un touriste

    Isabelle Mattiussi : la prophétesse

    Jean-Charles Simon : Damian le Sassanide

    Cyrille Coton-Bonacchi : Brise-Bûche

    Mathieu Duboclard : La drille

    Mehdi Rahim-Silvioli : La Pègue

    Neil Astier : Arthur Pendragon, jeune

    Charlie Konate-Decourchelle : le jeune Casca

    Dominique Bastien : l'instructeur Matius

    Yoann Vellaud : l'instructeur Libo

    Louy Valy : le jeune Lustus

    Océane Slim : Shedda

    Ayman El Kadhi : le jeune Papinius

    Achille de San Nicolas : le jeune Varus

    Lamari Amine : un mineur

    Michel Rizzi : chef religieux burgonde

    Hélène Rudermann : l'invitée burgonde

    Yazan Al-Mashni : l'invité burgonde

    David Willer : soldat burgonde

    Paul Joaquim Pereira : soldat burgonde