Cine-Region.fr
affiche Jumanji next level

Jumanji next level

___

Un film de Jake Kasdan ,
Avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart,

Genre : Film d'aventure
Durée : 2h04
États-Unis

En Bref

Dans l’épisode précédent, quatre étudiants se retrouvent collés à nettoyer la vieille cave du lycée. Spencer, Martha, Fridge et Bethany découvrent une vieille console de jeu vidéo avec la cartouche Jumanji. Spencer, bidouilleur doué, répare la machine et envoie tout le monde dans le jeu. S’ils veulent revenir dans la réalité, une seule solution, gagner la partie. Ils échapperont de peu à la fatalité de jouer celle-ci comme Sysiphe et son rocher, Prométhée et ses entrailles, ad vitam aeternam.

 Spencer regrette le bon temps de ses amours avec Martha. À New York, son physique et son style n’ont rien à voir avec son avatar, Bravestone. De retour à la maison pour le week-end, il partage sa chambre avec son grand-père un peu décati. C’est la goutte d’eau de trop. Il remonte la console et se lance de nouveau dans la partie. À la roulette des avatars, il n’est pas certain de tirer le même. Inquiets, ses amis n’hésitent pas une seconde et se lancent sur ses traces. Ils entrainent dans leur sillage le grand-père de Spencer, Eddie et son ami Milo. Les deux papys endossent le corps de Mouse pour Eddie, et la forte carrure de Bravestone pour Milo. Martha reprend la peau de Ruby et Fridge tire la mauvaise carte, le DC Shelly. Cette fois, ils doivent trouver un joyau en possession du Brutal, un chef de gang perché sur sa forteresse au cœur de la montagne. S’ils ne ramènent pas la pierre au chamane d’un paisible village, le soleil disparaitra de Jumanji à jamais et le peuple mourra de faim. Ils devront initier les deux vieux nouveaux aux codes de survie de Jumanji. C’est reparti pour de nouvelles courses poursuites, des bestioles en folie, des méchants aux allures de Mad Max et Game Of Thrones. Ils seront rejoints par Bethany et Alex pour ce nouveau niveau aux enjeux encore plus importants et son boss final, méchant comme une teigne.


Spencer regrette le bon temps de ses amours avec Martha. À New York, son physique et son style n’ont rien à voir avec son avatar, Bravestone. De retour à la maison pour le week-end, il partage sa chambre avec son grand-père un peu décati. C’est la goutte d’eau de trop. Il remonte la console et se lance de nouveau dans la partie. À la roulette des avatars, il n’est pas certain de tirer le même. Inquiets, ses amis n’hésitent pas une seconde et se lancent sur ses traces. Ils entrainent dans leur sillage le grand-père de Spencer, Eddie et son ami Milo. Les deux papys endossent le corps de Mouse pour Eddie, et la forte carrure de Bravestone pour Milo. Martha reprend la peau de Ruby et Fridge tire la mauvaise carte, le DC Shelly.

Cette fois, ils doivent trouver un joyau en possession du Brutal, un chef de gang perché sur sa forteresse au cœur de la montagne. S’ils ne ramènent pas la pierre au chamane d’un paisible village, le soleil disparaitra de Jumanji à jamais et le peuple mourra de faim. Ils devront initier les deux vieux nouveaux aux codes de survie de Jumanji. C’est reparti pour de nouvelles courses poursuites, des bestioles en folie, des méchants aux allures de Mad Max et Game Of Thrones. Ils seront rejoints par Bethany et Alex pour ce nouveau niveau aux enjeux encore plus importants et son boss final, méchant comme une teigne.

 En 1995 Robin Williams donnait ses lettres de noblesse et son code à cette adaptation du livre pour enfants écrit et illustré par Chris Van Allsburg publié en 1981 (1983 en France). Après Joe Johnston, c’est Jake Kasdan, fils de Lawrence, qui reprend la partie en 2017. Le premier film, dans un esprit ludique, nous entrainait dans les codes du film d’aventures et d’action, avec humour et une énergie positive boostée à l’adrénaline. C’est de façon subtile qu’il s’amusait avec les années lycée et leurs figures incontournables, la blonde écervelée, le gros costaud, les deux marginaux. C’est un film initiatique sur une bande de jeunes entrant dans l’âge adulte par le biais de l’aventure. C’est l’occasion de jouer sur l’image du jeu vidéo et ses avatars incontournables, la notion de corps et d’esprit. C’est aussi l’occasion de développer les thèmes de la littérature jeunesse de l’époque, le courage, le dépassement de soi, la solidarité, etc. Le tout se fait de façon légère pour ne vexer personne. Ce dernier opus reprend les mêmes principes avec la vieillesse en plus. On ne joue plus la carte de la frayeur avec un monde envahi par le jeu et ses animaux dangereux comme dans l’original.

Jumanji Next Level se coule dans le moule des années 2000, jouant la carte d’un cinéma plaisir et visuel. Ce deuxième volet n’apportera pas de grande transformation, on change les personnages avec les mêmes avatars pour se couler dans un modèle identique. Une pierre précieuse à récupérer aux mains d’une bande de morfaloux sauvages, un méchant de taille, un souk identique et roulez jeunesse ! On appréciera au passage le nouvel avatar de Spencer et l’esprit chevalin de celui de Bethany. On changera de lieu, désert et montagnes enneigées remplaceront la jungle. Le troisième volet de cette franchise, bien partie pour durer, nous ramènera peut-être aux origines. C’est ce que la fin laisse entrevoir. On passe un bon moment dans ce film de gare, à l’image des romans du même nom, que l’on oublie arrivé à destination. 

 Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


Titre original : Jumanji: The Next Level

    Titre français : Jumanji: Next Level

    Titre québécois : Jumanji : Le Prochain Niveau

    Réalisation : Jake Kasdan

    Scénario : Jake Kasdan, Jeff Pinkner, Scott Rosenberg, D'après l'oeuvre de Chris Van  Allsburg

    Direction artistique : Brian Stultz, Drew Monahan, Andrew Max Cahn, Michael Gowen, Stella Vaccaro, Bill Brzeski,

    Décors : Danielle Berman

    Costumes : Louise Mingenbach

    Photographie : Gyula Pados

    Montage : Steve Edwards, Mark Helfrich

    Musique : Henry Jackman

   Directrice du casting : Nicole Abellera, Jeanne McCarthy

  1er assistant réalisateur : Matt Rebenkoff

  Superviseur des effets spéciaux : J.D. Schwalm

  Superviseur des effets visuels : Mark Breakspear

  Sony Pictures Entertainment

  Distributeur France (Sortie en salle) Sony Pictures Releasing France

  Production : Matthew Tolmach, Dany Garcia, Hiram Garcia, Dwayne Johnson, Jake  Kasdan

Production déléguée : Jeff Pinkner, Scott Rosenberg, David B. Householter, Melvin Mar, William Teitler, Ted Field, Mike Weber

    Sociétés de production : Columbia Pictures, Matt Tolmach Productions, Radar Pictures et Seven Bucks Productions

    Sociétés de distribution : Columbia Pictures (États-Unis), Sony Pictures Releasing France (France)

    Budget : 90 millions de $

    Pays d'origine :  États-Unis

    Langue originale : anglais

    Format : couleur - 35 mm

    Genre : fantastique, aventure

    Durée : 123 minutes

    Dates de sortie : 4 décembre 20191

 Distribution

Dwayne Johnson (VF : David Krüger ; VQ : Benoît Rousseau) : Dr Smolder Bravestone

Jack Black (VF : Philippe Bozo ; VQ : François L'Écuyer) : le professeur Sheldon « Shelly » Oberon

Kevin Hart (VF : Jean-Baptiste Anoumon ; VQ : Martin Watier) : Franklin « Mouse » Finbar

Karen Gillan (VF : Laëtitia Lefebvre ; VQ : Kim Jalabert) : Ruby Roundhouse

Nick Jonas (VF : Gauthier Battoue ; VQ : Maxime Desjardins) : Jefferson « Seaplane » McDonough

Rory McCann : Jürgen le brutal

Awkwafina (VF : Déborah Krey) : Ming

Danny DeVito (VF : Philippe Peythieu) : Eddie, le grand-père de Spencer

Danny Glover (VF : Paul Borne) : Milo Walker, l'ami d'Eddie

Alex Wolff (en) (VF : Julien Crampon) : Spencer

Rhys Darby (VF : Vincent Ropion ; VQ : François Sasseville) : Nigel Billingsly

Colin Hanks (VF : Gauthier Battoue ; VQ : François-Simon Poirier) : Alex Vreeke

Ser'Darius Blain (en) (VF : Namakan Koné) : Anthony « Fridge » Johnson

Madison Iseman (VF : Clara Quilichini) : Bethany Walker

Morgan Turner (en) (VF : Camille Timmerman) : Martha Kaply